Histoire du Taï-jitsu

Art Martial d'inspiration japonaise mais de conception occidentale

qui signifie en Japonais "Techniques du Corps".

C'est une méthode moderne de défense personnelle

A l'origine le Taï-Jitsu est une des méthodes les plus anciennes dans l'art du combat au Japon. Il est notamment pratiqué par les samouraïs.
Mais les tempéraments occidental et japonais étant profondément différents, il a fallu concevoir un enseignement et une progression de la discipline adaptés à notre culture.
Pour ce faire des experts Fédéraux Français ont étudié patiemment toutes les théories et les techniques japonaises durant de longues années.
De leur recherche est née la méthode Française de Taï-Jisu, composée des meilleures techniques de self-défense (ou défense personnelle).
Les fondateurs de la discipline ont recherché pour chaque type d'attaque les défenses les plus efficaces.

 

 

 

Le Taï-Jitsu est un Art martial de self défense qui s'adresse à tous et se pratique dans un Dojo.
Les pratiquants s'appellent des Taï-jitsukas.

Un Art martial (du latin Mars, dieu de la guerre)

est le plus souvent une école enseignant à la fois une technique de combat et/ou défense et la connaissance et la maîtrise de soi.

Taï-Jitsu : techniques du corps

Cet art martial complet, ne consiste pas en une simple synthèse de techniques issues de différentes disciplines ; son originalité se trouve en fait dans les bases et les applications de certaines de ces techniques.
Ainsi, le Taï-Jitsu n'enferme pas ses pratiquants dans des gestes très difficiles à réaliser ; l'accent est surtout mis sur l'esquive et le déplacement, qui sont des éléments essentiels pour pouvoir faire face efficacement à plusieurs agresseurs, éventuellement armés (matraque, bâton, arme blanche, chaise...).
Nul n'est besoin pour réussir de se transformer en athlète impressionnant; il est important que chacun trouve les moyens d'exploiter au mieux ses propres capacités.
En outre, la pratique du Taï-Jitsu s'avère particulièrement bénéfique à l'épanouissement des enfants, tant sur le plan psychomoteur que moral, par le biais notamment des exercices pré-arrangés (kata) et l'apprentissage du respect des partenaires.

Le DOJO

Lieu où l'on étudie la voie.
Il s'agit du lieu d'entrainement.

Le SALUT

Les pratiquants d'arts martiaux ont coutume de dire que tout commence et finit par la courtoisie.
La courtoisie c'est à la fois la politesse et la mesure de vos actes et de vos paroles.
C'est pourquoi la tradition nous a transmis tout un ensemble de gestes précis
(rituel) qu'il convient de respecter.
Le SALUT ( rei ) est un de ces rites du passé. On salue son partenaire et/ou son professeur avant et à la fin de chaque cours.
Saluer, c'est remercier pour l'enseignement et l'aide qui vous ont été ou qui vont vous être donnés pendant l'entraînement. Sans arrière-pensée. Avec sincérité et modestie.

Dans certains dojos, on salue également le « Kamisa » ( place d'honneur ) ou sont accrochées les photos des vieux maîtres.

LA TENUE

Le taï-jitsuka porte un KEIKOGI ( tenue d'entraînement ).
On l'appelle souvent, à tort, « kimono ».
Il se compose d'une veste dont les devants se croisent sur la poitrine et d'un pantalon à large entre-jambe qui facilite les coups de pied.
La veste est maintenue par une ceinture ( obi ) qui est assez longue pour faire deux fois le tour de la taille et qui se noue sur le ventre par un nœud plat.
La couleur de la ceinture indique le grade du taï-jitsuka (blanche/jaune/orange/verte/bleue/marron/noire).

Le KATA

Ethique des Arts Martiaux ; ensemble de techniques fondamentales et forme d'entraînement codifiée afin de transmettre, de génération en génération, la technique, l'esprit et les buts de l'Art Martial pratiqué.
Les KATA, très nombreux comme dans beaucoup de BUDO (ensemble des arts martiaux de combat), doivent être imprégnés de vigueur mais aussi de sérénité.

Le RANDORI

est une technique que l'on retrouve dans divers arts martiaux, elle consiste en l'attaque d'une personne par plusieurs partenaires.

Informations supplémentaires